Nutrition

Cette page regroupe les recommandations alimentaires en fonction du type de chirurgie que vous venez de subir :

Chirurgie œsophage – estomac

Des gênes alimentaires ( ou "gastro- parésies"), telles que des nausées ou vomissements, sont fréquentes en post opératoire dans ce type d’intervention. Cet inconfort gastrique, lié à votre opération, est un phénomène temporaire qui peut, dans certains cas, persister pendant 3 à 4 mois. Nous vous conseillons, dès loirs, un régime fractionné qui consiste à prendre le temps pour manger, bien mâcher les aliments et faire 5 à 6 repas par jour. Lors de votre hospitalisation, vous serez vu(e) par la diététicienne de l’Hôpital et, au besoin, des compléments nutritifs vous seront prescrits.

Votre hygiène alimentaire

  • Manger lentement en mastiquant plus longtemps les aliments.
  • Fractionner l’alimentation en faisant 5 à 6 repas de préférence, d’égale importance (3 petits repas et 2 à 3 belles collations).
  • Eviter de boire pendant les repas, mais plusieurs fois (6 à 8 prises) dans la journée ; à chaque fois la valeur d’un ½ verre d’eau.
  • Eviter les aliments trop sucrés, trop salés ou trop épicés.
  • Eviter de manger trop chaud et trop froid.
  • Eviter les aliments de gros volumes et peu énergétiques (grosses rations de crudités, potages non enrichis).
  • Eviter l’eau gazeuse et les boissons pétillantes.

Quelques réflexes à avoir après l'opération

  • Eviter les excès de matières grasses cuites et les fritures.
  • Vérifier la tolérance du lait, s’il est mal toléré, sa réintroduction restera possible mais plus tardive et progressive.

Quelques règles importantes

  • L’apport systématique d’aliments riches en protéines doit être une priorité à chaque repas, sous forme de viandes rouges, volailles, poissons, œufs et au moins pour deux repas sous forme de laitage. Fromages et autres dérivés sont tolérés (ces derniers peuvent aussi être pris en collation).
  • Féculents : le pain et les fruits doivent respectivement être consommés à chaque repas. Exemple : féculents pour les deux repas principaux, le pain et les fruits pour le petit déjeuner et les collations. Les rations, très limitées au début, pourront être progressivement augmentées selon la tolérance individuelle.
  • Légumes verts : au moins une variété de légumes verts au repas, cuits et en petites quantités.
  • Les fruits seront consommés, dans un premier temps, en collation afin de ne pas surcharger les repas principaux  et seront progressivement réintroduits à la fin des repas.

Le "dumping syndrome"

Dans certains cas, le fait d’enlever la quasi totalité de l’estomac peut entraîner des conséquences sur la digestion. Le "dumping syndrome" précoce est caractérisé par des malaises sous forme de ballonnements et des douleurs abdominales provoquées par l’arrivée trop rapide d’aliments en grande quantité dans l’intestin. Il est donc préconisé, pour cela, de prendre le temps pour manger et de faire des petits repas.

Le "dumping syndrome" tardif se manifeste, quant à lui, une à quatre heures après le repas avec vertiges et somnolences. Il est la conséquence d’un excès d’apport en sucre d’absorption rapide. En réponse, l’organisme produit une grande quantité d’insuline qui provoque, à son tour, des hypoglycémies et donc des malaises.

Pour éviter ces inconforts, nous conseillons d’éviter les sucres rapides comme le sucre blanc.

 

Chirurgie du côlon et du rectum : régime sans résidu

Le régime sans résidu

Le principe

Le principe du régime sans résidu est de supprimer de l’alimentation toutes sources de fibres alimentaires végétales, de résidus d’origine animale et de résidus graisseux.  Tous les légumes crus et cuits, tous les fruits crus et cuits, toutes les céréales complètes, tous les fruits et légumes secs et leurs dérivés sont donc exclus de l’alimentation, de même que les viandes fibreuses ou tendineuses ainsi que les graisses cuites (accélératrices du transit intestinal par effet de chasse et stimulatrices des sécrétions biliaires). Les pommes de terre et le pain blanc frais sont à éviter car ils sont susceptibles de causer de la flatulence par fermentation.

Le régime sans résidu ou pauvre en résidus à pour but de limiter la formation de selles en réduisant les résidus alimentaires dans l’intestin. Ce régime permet d’obtenir la vidange du côlon lors de la préparation d’une intervention chirurgicale. C’est notamment le régime de préparation  à la Colonoscopie. Ce régime permet aussi de réduire le transit intestinal en cas de diarrhée, de créer une constipation en cas de fissure anale, de déchirement du périnée ou de pathologie rectale. Le régime sans résidu évite d’agresser la muqueuse intestinale fragilisée par une radiothérapie et, également, de reprendre une alimentation normale après une opération du tube digestif.

Le régime sans résidu peut être strict ou large selon la pathologie. Ainsi, par exemple, avant une intervention chirurgicale sur l’intestin, on commence par un régime sans résidu large et on parvient à un régime sans résidu strict deux jours avant l’intervention. A l’inverse, après l’opération, la réalimentation commence par un régime sans résidu strict et s’élargit peu à peu vers un régime sans résidu large.

La place des produits laitiers dans un régime sans résidu

On supprime souvent le lait, source de lactose (sucre naturel du lait ayant un effet accélérateur sur le transit intestinal) car le déficit en lactase (enzyme permettant la digestion du lactose) est fréquent lorsque la muqueuse intestinale est fragilisée. Lorsque le régime à pour but de ralentir le transit intestinal, on supprime le lactose dont le lait et les produits laitiers. On peut remplacer le lait ordinaire par un lait délactosé (acheté en pharmacie).

En revanche, lorsque le régime a pour but de produire un côlon propre, on associe ce régime au lait, yaourts et fromages blancs selon la tolérance du sujet et ses goûts personnels, en raison de ses pouvoirs accélérateurs qui vont aider à vider le côlon.

Le régime sans résidu est toujours adopté de façon transitoire, anorexigène (il coupe l’appétit), c’est un régime très difficile à mettre en œuvre quand il est vécu comme désagréable. Pour aider le patient à l’accepter, il doit être bien expliqué. La durée du régime sans résidu varie selon les cas

Durée du régime sans résidu

Pour préparer une investigation sur le côlon : régime sans résidu strict de trois jours.

Pour préparer une intervention sur le côlon : début du régime sans résidu large à J-6 avant l’opération, puis à partir de J-3, passage au régime sans résidu strict.

Pour reprendre une alimentation orale après une intervention sur le côlon ou l’intestin grêle (après émission des premiers gaz) : alimentation sans résidu strict donnée sous forme liquide jusqu’à apparition des selles. On entame alors, une alimentation sans résidu strict pendant un à deux jours qui évolue vers un régime sans résidu large pendant un à deux jours vers le régime sans fibre strict pendant un à deux jours, puis vers le régime sans fibre large pendant cinq à six jours ; pour revenir enfin à un régime normal léger. Cette progression n’est donnée qu’à titre indicatif et peut varier selon les sujets et le type de pathologie.

Les aliments sont cuisinés sans matière grasse (à l’eau ou à la vapeur ou encore grillés). Les corps gras d’ajout sont donc toujours utilisés crus (par exemple : ajout d’une noisette de beurre cru sur un aliment chaud).

 

 

Conseils diététiques en cas de diarrhée

En cas de diarrhée, vous perdez beaucoup d’eau et des minéraux. Il faut absolument boire très régulièrement pour compenser les pertes :

  • De l’eau
  • Des tisanes
  • Des bouillons de légumes,
  • Des bouillons de carottes,
  • De l’eau de riz

Vous pouvez consommer de aliments constipants :

  • Carottes
  • Riz
  • Bananes
  • Pommes crus râpées
  • Compote ou gelée de coing.

Selon l’avis de votre médecin, vous devrez peut-être suivre un régime sans déchet strict ou une épargne digestive pour mettre votre tube digestif au repos pendant quelques jours.

Journée type

  1. Petit déjeuner – Biscottes + Beurre + gelée + thé ou tisanes
  2. Collation – Biscuits secs + eau/thé/tisanes
  3. Midi – Riz + carottes + viande blanche / jambon / poisson, Crème de soja
  4. Collation – Biscuits secs + eau/thé/tisanes
  5. Souper – Biscottes + beurre + charcuterie maigre ou fromage à pâte dure – Consommé de carottes – Crème de soja
  6. Collation – Biscuits secs + eau/thé/tisanes

Si vous avez perdu un peu de poids, vous pouvez enrichir votre alimentation :

  • En ajoutant de la poudre de protéines et de la poudre de glucides dans vos préparations ou dans les crèmes de soja,
  • En ajoutant de la matière grasse généreusement (beurre ou huile d’olive, de colza, de maïs, de tournesol)
  • En consommant 1 à 2 complément(s) nutritionnel(s) par jour : Fortimel compact ® de Nutricia.

Vous trouverez en pharmacie :

  • La poudre de protéines : Protifar ® de Nutricia ; Protein Instant ® de Nestlé.
  • La poudre de glucides : Fantomalt® de Nutricia ; Caloreen ® de Nestlé.
  • Des compléments nutritionnels oraux :
    • Fortimel Compact ® : riche en énergie (petit volume)
    • Fortimel Jucy ® : riche en énergie au goût fruité et non lacté.